Playtime

LA CONFÉRENCE

« Filmer des villes ? », interroge Jean-Louis Comolli, «  Mais comment filmer autre chose que du temps ? Le temps des villes – qui serait ce qu’il y a de plus proche du temps du cinéma. Car dans les villes comme dans les films se mêlent le temps des corps et celui des machines. Filmer une ville, c’est filmer des gestes et des flux qui passent ou ne passent pas, qui deviennent ou non des traces. »

La ville filmée échappe au réel : transformée par le cadrage, recomposée et rapiécée par le montage, la ville représentée cinématographiquement devient alors presque toujours imaginaire, jusque dans le cinéma documentaire qui est lui aussi « piégé » par les jeux du regard et de la représentation. Dès lors, le postulat est de considérer toute ville filmée, qu’elle s’inscrive dans les registres de la (science) fiction, du documentaire ou de l’image d’actualités, comme une ville imaginaire, voire rêvée.

Le cinéma en créant des villes imaginaires parle de la ville réelle, il ne fait que cela d’ailleurs : même dans l’invention de mégalopoles futuristes ou la résurrection de cités disparues. Ces « Métropoles », ces « Mégalopoles », ces « Cyberpoles » ou ces « Ecopoles » trouvent leurs racines dans le miroir ou le rejet d’une ville imparfaite parce que trop réelle.

Autour de Playtime, le spectateur est invité à arpenter ces projections urbaines qui ne cessent de nous conter une seule chose : l’histoire de ceux que l’on nomme « les habitants ».

Une conférence de Thierry Cormier initiée dans le cadre de l’exposition « Villes réelles, villes rêvées » en partenariat avec La Halle aux sucres (Dunkerque) et associée à la projection d’Homo sapiens de Nikolaus Geyrhalter.

LE FILM

Des touristes américaines ont opté pour une formule de voyage grâce à laquelle elles visitent une capitale par jour. Mais arrivées à Orly, elles se rendent compte que l’aéroport est identique à tous ceux qu’elles ont déjà fréquentés. En se rendant à Paris, elles constatent également que le décor est le même que celui des autres capitales…

réalisé par Jacques Tati

date de sortie en France : 16 décembre 1967 (date de reprise : 16 juillet 2014)

durée : 2h04

d'hier à
aujourd'hui

Ciné-conférences

Pour plus d’informations
david@delasuitedanslesimages.org
03 20 93 04 84

Catalogue

Agenda

>> actualité professionnelle <<

EN RAISON DES RESTRICTIONS SANITAIRES LIÉES A L’ÉPIDEMIE DE COVID-19, TOUTES LES SALLES DU RÉSEAU SONT ACTUELLEMENT FERMÉES ET LES SÉANCES DE NOVEMBRE ANNULÉES